Avel Keltia

Avel Keltia mêle le celtique, le médiéval, la piraterie, le victorien, la belle époque... Le tout agrémenter de photos et musiques coups de coeur. Ainsi qu'une bonne dose de vieilles pierres, d'anciens paquebots, d'Irlande et d'Amérique. Etc...

03 octobre 2010

Avel Keltia fait peau neuve !

Ce n'était pas prévue, mais voilà...

AVEL KELTIA DÉMÉNAGE !


J'avais hésité il y a déjà quelques temps à m'inscrire sur la nouvelle plateforme Illustrateur.org, créée par Lancelot. Cette nuit je me suis inscrite pour essayer, et je l'ai adopté. ^^

La suite de mes articles et des aventures de Melvin se poursuivent donc ici :

http://avelkeltia.illustrateur.org/

On se retrouve là-bas ;)

Posté par Tiphaine H à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La vérité sur le naufrage du Titanic (ou pas)...

patten_1721512c

Je vous présente Mme Louise Patten.

Alors vous vous demandez sûrement qui est cette dame, et même pourquoi en parler ici ? Eh bien, chers visiteurs vous n'êtes pas sans savoir que je suis passionnée par l'histoire du Titanic (et si vous ne l'étiez pas, c'est fait), or il se trouve que Mme Patten est la petite-fille de Lightoller, second officier sur le Titanic, qui devint au matin du 15 avril 1912, l'homme le plus gradé...parmi les survivants.

Cette dame a fait parler d'elle ces derniers temps, et c'était le but. En effet, la semaine dernière, stupeur ! Un peu partout sur le net et dans les journaux fleurissent des titres tels que :

Le naufrage du Titanic : Une gaffe dans le pilotage ? Libération : L'article

Le Titanic coulé par une erreur de barre ? Mediapart : L'article

Naufrage du Titanic : une erreur du timonier ? France Info : L'article

Family's Titanic secret revealed. BBC News : L'article

Secret testimony revealed of human error and arrogance that sank "Titanic". Irish Times : L'article

Titanic blunder. New-York Post : L'article

La vérité sur le naufrage du Titanic ! France Soir (tout de suite les grands mots) : L'article

Le naufrage du Titanic serait dû à une erreur de navigation. Le Figaro (qui est plus prudent) : L'article


J'en passe et de nombreux autres...

D'un certain côté tout ceci peu paraitre un peu dérisoire. Voilà bientôt 100 ans que le Titanic a sombré et aujourd'hui il y a sans doute des choses plus importantes qui mériteraient d'avoir leurs place dans le journal, comme le génocide tibétain, le réchauffement climatique, la faim dans le monde, le renvoie des Roms en Roumanie, les suicides de France Télécom, le déficit budgétaire de l'Irlande (il fallait bien que je termine par ça)... Bref.
Mais bon, le Titanic me tiens à cœur et c'est pour cette raison que je ne pouvais passer outre cette "imposture".

Louise Patten, romancière, vient donc de publier un ouvrage qui, selon elle, révèle la vérité sur le naufrage du Titanic !

"j'ai réalisé que j'étais la dernière personne en vie à savoir ce qui c'était vraiment passé la nuit où le Titanic a coulé".

Fichtre.

Sur cette belle déclaration, nous allons donc entrer dans le vif du sujet, et aujourd'hui j'ai le plaisir de vous annoncer que cet article sera complété (avec sa permission) par les propos de Gérard Piouffre (qui seront en rouge), journaliste, écrivain et historien spécialiste de l'aviation et de la marine (ancien contrôleur aérien et steward), auteur de plusieurs ouvrages sur le Titanic. Propos recueillis sur le forum de Titanicophiles dont je fais désormais parti depuis cet été, et sur lequel nous avons bien entendu abordé le sujet.

La thèse officielle

En quelques mots, puisque je l'ai déjà abordé dans cet article : Titanic. Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, les vigies aperçoivent au dernier moment un iceberg resté invisible jusque là. William Murdoch donne aussitôt l'ordre de virer par bâbord, il s'en faut de peu mais le Titanic heurte malgré tout l'iceberg par tribord. 

La thèse de Mme Patten

Les hommes de la vigie avaient vu l'iceberg assez tôt pour que le Titanic ait le temps de l'éviter. Mais malgré les ordres de Murdoch, le timonier qui était à la barre aurait paniqué et viré dans le mauvais sens, entrainant ainsi la perte du navire et la mort de 1500 passagers. Lady Patten explique ensuite les raisons d'une erreur aussi grossière : Le Titanic a été lancé à une époque où le monde basculait du bateau à voiles au bateau à vapeur, où le pilotage se fait avec la barre. C'est-à-dire que quand vous voulez aller dans un sens, vous tournez la barre dans l'autre. Toujours selon ses propos, le timonier aurait donc repris ses vieux réflexes dans la panique, Ils avaient seulement quatre minutes pour modifier la trajectoire, et quand Murdoch s'est aperçu de l'erreur d'Hitchens, ils ont essayé de la rectifier mais il était trop tard. Bref, toujours d'après Louise Patten, si c'est une erreur qui a envoyé le Titanic dans l'iceberg, c'est une décision raisonnée qui l'a condamné: le propriétaire du Titanic a persuadé le capitaine de continuer à naviguer, augmentant ainsi énormément la pression de l'eau inondant la coque et coulant le bateau des heures avant ce qui aurait dû normalement se passer. Elle affirme ensuite que son grand-père a gardé le secret pour protéger les intérêts de la White Star Line et de ses collègues.

Par la suite, le secret a été gardé dans la famille jusqu'à ce que la petite fille lâche le morceau ! La traitre.

Personnellement, j'ai du mal à imaginer que le timonier qui avait plusieurs années d'expérience derrière lui, ai pu faire une telle erreur "à cause de la panique". Les marins sont quand même formés à ce genre de situation et il n'aurait pas été affecté à ce poste si la compagnie ne l'avait pas jugé compétent.

Contre-thèse

Quelques autres raisons qui prouvent que sa théorie ne tient pas la route :

- Il a déjà été étudié et prouvé à maintes reprises que l'iceberg, par les conditions qui étaient réunies, ne pouvait être aperçu qu'au dernier moment. D'autant plus que les veilleurs n'avait pas de jumelles à leur dispositions.

- Étant donné que l'iceberg était devant, quand bien même le timonier se serait trompé, qu'il vire à gauche ou à droite le Titanic aurait touché car sa vitesse et la proximité de l'iceberg rendait la chose inévitable.

- Il parait invraisemblable que Murdoch décide de changer la trajectoire du paquebot, pour rectifier la soit-disant erreur  de Hitchens, le timonier. Au contraire, la logique voudrait que l'on continue à virer, peu importe le côté, pour éviter la collision sans perdre de temps. Et Murdoch n'était pas 1er officier pour rien.

- Quel intérêt Lightoller avait-il à protéger la White Star Line ? D'autant qu'après le naufrage, il a quitté assez vite la compagnie et que rien ne l'aurait l'empêcher d'en parler lui-même.

Maintenant je laisse la parole à Gérard, qui explique bien mieux que moi tous les termes techniques et manœuvres navales.

Hier après-midi, j'ai été interviewé par France-Info et je me suis efforcé de rétablir la vérité, à savoir :

1- Les ordres "barre à tribord" correspondent à "la barre à gauche", ce qui est pour nous un peu confus, mais qui ne l'était pas en 1912. Hichens n'a pas eu une seconde d'hésitation et il a immédiatement tourné la barre à gauche. On peut penser ce que l'on voudra du personnage et pour ma part, je le trouve plutôt antipathique. Il n'en était pas moins un excellent marin, sinon on ne lui aurait pas confié la barre du Titanic.

2- Aucun accident ne s'est produit à la suite d'une confusion droite-gauche, mais comme l'erreur était toujours possible, l'Administration française impose une nouvelle phraséologie (décrets du 2 septembre 1874 et du 2 février 1915). En Grande-Bretagne où le poids de la tradition est plus lourd, la nouvelle règle est adoptée le 1er janvier 1933. Désormais on parle de droite ou de gauche pour les commandements à la barre. Encore une fois, l'ancienne phraséologie n'a entraîné aucune confusion chez Hichens qui a immédiatement tourné la barre à gauche, l'exécution de cet ordre ayant d'ailleurs été immédiatement contrôlée comme il est de règle, par Moody ou par Murdoch.

3- Enfin, l'affirmation selon laquelle Ismay aurait donné l'ordre de remettre les machines en avant après le choc est tout simplement ridicule. Sur la foi du premier rapport de Boxhall affirmant que tout était en ordre, Smith avait fait remettre les machines en avant lente avant de les stopper dans les secondes suivantes, quand il a vu que le navire commençait à gîter sur tribord.

Voici un dessin qui illustre le livre de David Brown, The last log of the Titanic. On y voit le détail de la manœuvre effectuée par Murdoch. Celle-ci nécessite quelques explications pour lesquelles je vais essayer d'être le moins "technique" possible.

rmstitanic14aprilmanoeu

On se souvient que le Titanic était équipé de trois hélices, deux latérales et une axiale. Cette dernière étant reliée à la turbine ne pouvait pas battre en arrière.
Comme toutes les hélices, celles du Titanic produisaient une poussée longitudinale (celle qui fait avancer le bateau) et une poussée latérale un peu moins facile à comprendre. Pour simplifier, considérons le cas d'un navire à une seule hélice. Vue de l'arrière du bateau, cette hélice tournera dans le sens des aiguilles d'une montre. Asséchons l'océan ; la coque repose sur le fond. Mettons les machines en marche : l'hélice en tournant déportera l'arrière du bateau sur la droite, ce qui facilitera sa giration (son virage si vous préférez) à gauche.
Prenons maintenant le cas du Titanic. Ses deux hélices latérales tournent en sens opposé, de sorte que leurs effets s'annulent. Reste l'hélice centrale qui tourne dans le sens des aiguilles d'une montre et qui facilite donc le virage à gauche. Murdoch connaissait bien évidemment cette particularité ; c'est pourquoi il a cherché à contourner l'iceberg par la gauche.

Comme on le voit sur ce dessin, si le Titanic avait poursuivi sa rotation à gauche, l'arrière aurait frotté contre l'iceberg. Juste après le premier virage (à gauche), Murdoch a donc fait virer à droite pour éviter l'obstacle et c'est probablement au cours de cette manœuvre que le Titanic a heurté l'iceberg.

Hichens a reçu deux ordres successifs :

1) La barre à bâbord toute (c'est-à-dire à gauche - voir mes précédentes explications) :
2) La barre à tribord toute (c'est-à-dire à droite).
Par la suite, Charles Herbert Lightoller a probablement expliqué cette manoeuvre à sa petite fille, Louise Patten, laquelle en a conclu que le slalom effectué par Murdoch résultait d'une erreur due à Hichens. Voilà comment les légendes se créent !


En fait il fort probable que Louise Patten est tout compris de travers et est-elle persuadée d'avoir fait une découverte. C'est vrai que sans explication, les ordres donnés par Murdoch de virer à gauche, puis à droite peuvent faire croire à une erreur de Hichens. Il est dommage que Louise Patten ne se soit pas un peu mieux renseigné avant d'écrire son livre.

Voilà, j'ai fais part de mon avis sur le sujet et je ne peux m'empêcher de penser qu'il ne s'agit que d'un coup de pub pour faire parler de son livre, ce qui a réussie et semé, hélas, une fausse information... Maintenant, libre à chacun de penser ce qu'il veut. Débattons ! ^^

Une dernière chose. Figurez vous que tandis que nous parlons, il y a actuellement, et ce depuis le 16 août dernier, des hommes et des femmes qui travaillent au dessus de l'épave du Titanic. Le projet consiste à prendre des photos du paquebot, et d'en créer une maquette numérique en 3D. L'équipe publie régulièrement des infos et des photos en ligne sur facebook, il y a aussi un site internet très bien fait, où le visiteur aura l'impression d'être en plongée sous-marine et de voler au dessus de l'épave. Pour ce faire, cliquez sur "Explore RMS Titanic" sur le site : Expédition Titanic.

L'épave en 2010

57926_150199878346432_136208713078882_309268_585268_n

La baignoire personnelle du capitaine Smith.

62763_150710354962051_136208713078882_311083_1898023_n

Le pont promenade couvert de 1ère classe.

 

Recevoir une notification de réponse à mon commentaire

Posté par Tiphaine H à 02:00 - Titanic - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 septembre 2010

Recherches sur Melvin

Quelques essais pour arriver à saisir Melvin. Pour le moment je trouve qu'il ne ressemble pas forcément au premier dessin (voir bannières, pour les nouveaux), je n'arrive pas à retranscrire exactement la manière dont je l'imagine.

what

Sa coupe de cheveux ne tient pas la route, à refaire.
J'ai abandonné le borsalino rayé blanc, du moins, il le garde mais pour les grandes occasions et seulement au Pays-Brun. Un chapeau de couleur plus neutre correspondra mieux à la discrétion qu'impose sa profession.

Melvin_4

More_melvin

D'autres photos de Melvin, prise à la lueur de la bougie

DSC_3560 DSC_3564

DSC_3569

C'était l'inauguration du bougeoir en cuivre offert par ma petite sœur (ah oui, j'ai eue 21 ans en août, misère...), avec un système qui permet de monter ou descendre la bougie comme bon nous semble, je l'adore !


Melvin_drunk

Melvin drunk ?

Posté par Tiphaine H à 23:33 - Les dessins - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2010

It's time to work

Cette semaine j'ai repris les cours à la fac, je reste en 1ère année d'histoire de l'art.
N'ayant pas réussie à rattraper les trois mois perdu à cause de mon hospitalisation en octobre dernier, c'est repartit pour tour ! Avec quand même 4 matières déjà validée et que je n'ai pas besoin de recommencer. C'est équivaut à environ 12h de moins dans mon emploi du temps !

Alors, oui c'est une catastrophe, toujours pas de dessins (potables) à vous montrer pour le moment mais ça ne saurais tarder.

J'en profite pour faire un petit récapitulatif des "nouveautés" du blog. Entres guillemets, car certaines datent déjà de plusieurs mois en fait.

QUI SE CACHE DERRIERE AVEL KELTIA ?

Présentation générale, remise à neuve dans ses moindres détails, pour tout savoir (ou presque) sur moi. ^^

ALBUMS PHOTOS

- L'album Auvergne a été mis à jour cet été avec quelques photos de mes visites.

- L'album Creuse le sera prochainement.

- Création de l'album Divers, pour les photos inclassables.

ARTICLES SPÉCIAUX D'AVEL KELTIA

Ceci est une place privilégié pour mon article sur le Titanic que je considère comme à part, par rapport au reste. J'ai d'ailleurs bien fait de le poster car il m'a permis de faire de nombreuses connaissances avec d'autres personnes tout autant passionnés que moi, et à ma grande surprise, des jeunes !

Pour le moment il est seul, bien que le titre de cette catégorie soit au pluriel. Je ne sais pas qui sera le prochain heureux élu (s'il y en a).


LES LIENS

Quelques nouveaux ajouts dans mes liens.

Cuisine : L'excellent A boire et à manger ! Histoire culinaire d'un dessinateur/cuisinier.

Dessinateurs : Des blogs de jeunes talents dont je ne soupçonnait même pas l'existence, et chez qui j'étais en lien. A découvrir : Rozie et Carnet de Rouille. Faites aussi un tour dans L'antre de la bête.

Lecture : J'ai rajouté le blog d'Un odieux connard, parce que je ne m'en lasse pas et que je vous le recommande.

Photographies : Autre rencontre, Les terres Estérelles de Snow. Étudiant en géologie, amateur de poème et de photos à ses heures.

Titanicophile : L'un vous mènera sur le portail du Titanic, récente création d'Antoine, que l'on nomme aussi le seigneur de wikipédia, et qui est, plus modestement en master d'histoire. A son palmarés, de très nombreux articles sur le Titanic, les paquebots, John Lennon (!) etc, primés ! Plus un lien clin d'œil, sur le forum qui réunis les autres fous dans mon genre.

Voyages : Pour terminer, un blog dont le nom me fais rêver, Le grand tour. Photos de voyages et d'horizons plus ou moins proches.

 

TOUTES LES ARCHIVES

Tout en bas de la colonne de gauche, en cliquant sur Toutes les archives, vous trouverez plusieurs choses : Les archives bien sûr, classées par mois et années. Ensuite il y a la nuée de tags, et enfin les catégories. J'ai commencé à classer les articles du blog par catégories afin de mieux s'y retrouver. Pour le moment il y a : Irlande, Pays-Brun, Dessins, Photos, Films.

Certaines vont de soit. J'en ai mis une pour les films, car je parle souvent de mes coups de cœurs cinématographiques et j'ai d'ailleurs quelques articles de prêt sur le sujet. ^^

Il me semble que c'est tout pour le moment...

Melvin tient toujours son rôle sur la bannière du blog pour le moment (je l'ai embauché en CDI), quand j'en aurais assez je le virerais ! Il serais bien que son collègue Howel lui succède, du moins quand il se sera fait assez beau pour monter là-haut. affaire à suivre...

A bientôt !

Posté par Tiphaine H à 10:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]

10 septembre 2010

Road to perdition

En cherchant "mafia irlandaise début 20ème", sur google, j'ai découvert

Les sentiers de la perdition 

Un film adapté d'une bande dessinée de Max Allan Collins , sortit en salle le 11 septembre 2002.
Je me suis donc empressée d'aller le regarder. (vive internet...)

affiche_1

Avec une musique irlandaise dés l'ouverture, le film nous plonge aussitôt, et de manière plutôt réussie, dans l'Amérique de 1930. C'est l'époque de la grande dépression et de la prohibition. Dorothea Lange photographie l'exil de ceux qui ont tout perdu, tandis qu'Al Capone ouvre une soupe populaire. La mafia prolifère et les speakeasy naissent dans les caves et les passages secrets...ceux qui connaissent, penseront tout de suite à Lackadaisy !


Synopsis

Michael O'Sullivan, surnommé "l'ange de la mort", est au service de la pègre irlandaise de Chicago. Son fils, Michael Junior, décide un soir de le suivre en cachette pour découvrir quel est son véritable métier. Hélas, il devient le témoin gênant d'un meurtre et tout va se compliquer.

road_to_perdition_2002_09_g
Le parrain de la pègre irlandaise et les fils O'Sullivan

LES_SENTIERS_DE_LA_PERDITION_de_Sam_Mendes_L_Amerique_des_annees_30
Tom Hanks est Michael O'Sullivan

sentiers_perdition

Jude Law est Harlen Maguire et photograpghie les scènes de crimes.

CN_438_22_big

Pour résumer, une histoire sans réelle surprise dont on devine très vite la fin, mais avec de très belles scènes. Un beau film donc, émouvant, bien joué et avec de beaux décors que je ne me lasse pas de regarder. Juste pas assez long à mon goût (117 minutes).

Quant aux musiques du film, elles sont disponibles sur Deezer, une chance.

L'irlandaise ;)

Découvrez la playlist Rock Island 1931 avec Thomas Newman

Posté par Tiphaine H à 00:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 août 2010

Melvin Riley dans tous ses états

Désolé de ce manque de mise à jour, période estivale oblige j'ai été moins sur l'ordinateur ces derniers temps. Pourtant je n'ai rien fait de spécial. Pas de voyage en Irlande ou en Bretagne cette année. Je suis seulement partie en Creuse chez mes grands-parents, aider à l'organisation de la fête médiévale. Là-bas, je suis à nouveau remontée à cheval, ce que je n'avais pas fait depuis un peu plus d'un an. Et pour terminer je bosse, comme tous les mois d'août depuis 3 ans, dans une maison de retraite médicalisé, pour faire le ménage et tout le reste. Aujourd'hui je suis de repos alors j'en profite.

Cela fait déjà quelques temps que Melvin fais le malin en haut du blog, mais finalement je vous en ai très peu parlé alors il est temps de vous le présenter de A à Z, ou presque...

Et_paf_le_mec

Le premier dessin

Melvin est né en pleine période d'examen, le genre de soir où il faudrait réviser mais où étrangement je dessine toujours le mieux.
Comme j'ai toujours du mal à visualiser à l'avance ce que je veux dessiner, je crayonne souvent au hasard sans savoir ce que sera réellement le dessin final. J'ai commencé par faire la tête et il m'est alors venue l'idée d'un type qui ferait semblant de se tirer une balle. Cela m'a fait penser à cette "blague" stupide de l'histoire de paf le chien (vous connaissez tous j'espère ?), bref, je m'imaginais bien mon personnage (qui n'avais pas encore de nom) entrain de raconter cette blague, dans une autre version...

"Hey, tu connais l'histoire de paf le mec...?"

Le tout dans un contexte totalement déplacé et en le prononçant sur le même ton que Tom Hanks dans "arrête-moi si tu peux" quand il raconte sa blague qui, comme celle de Melvin, n'en ai pas une :

- Dites chef, pourquoi vous ne rigolez jamais ?

- ça vous dérange ?

- Ouais, ouais ça me dérange un peu.

- Bah, vous vous voulez que je vous raconte une blague ?

- Ah ouais, ouais on serez content d'entendre une blague !

- Toc toc ?

- Qui est là ?

- ...Allez vous faire foutre !

Toc_toc_toc_
La scène de la "blague"

Une fois le dessin terminé, je dois avouer qu'il me plaisait bien. Mais je me suis quand même demandé quel genre de type pouvais être ce personnage à l'humour douteux. J'ai alors commencé à lui inventer une histoire, puis je me suis rendu compte que je venais enfin de trouver mon "personnage principal".

L'apparence de Melvin

Melvin

Il arrive parfois que Melvin n'ai plus envie de plaisanter.

Si je travaille beaucoup à l'écrit sur Melvin, côté dessin c'est une autre affaire. J'ai encore beaucoup de chemin à faire avant de savoir saisir le trait de Melvin. Il faut notamment que je travaille l'apparence, les petits détails qui pourront aider à le reconnaitre.Sur ce dernier dessin en date, je trouve qu'il a plus l'air italien qu'irlandais. En fait il ressemble à Vito Cortizone dans "Spirou et Fantasio". Même moustache, même cheveux grisonnants sur les tempes, et Vito a un costume blanc qui rappel le chapeau de Melvin. Hors Vito est italien et Melvin n'est pas censé l'être. Je me demande ce qu'il faudrait que je change pour qu'il ai plus l'air d'un "irish man". Mais encore faut-il savoir si il y a vraiment un type irlandais, et si oui, à quoi il ressemble ?! J'attends vos avis...

La moustache : J'ai cherché d'autres moustaches comme celle de Melvin sur internet, et j'ai découvert que ce genre était "une moustache à la clark gable" (sic le net). Plutôt classe quand même la référence, j'ai bien fait de faire celle-là. ^^

Par contre, Melvin a aussi un peu de barbe en plus.

divo_clark_gable_011

Au fait, Clark Gable des origines irlandaises ! On s'en fou, me direz-vous !


Le chapeau : En feutre, de type Borsalino blanc rayé de noir. Je n'ai pas l'impression que ce genre soit très répandue. J'en ai trouvé des noirs rayés de blanc, mais pas l'inverse. Dans les films se déroulant durant les années 30, tous les chapeaux sont dans des teintes plus sobres, gis, brun, noir... Alors Melvin serait-il un excentrique ? Où est-ce simplement une mode du Pays-Brun ? J'avoue que j'hésite à le garder, mais sans lui Melvin ne serait plus tout à fait le même non ?

Al_Capone

En tant que mafioso d'origine italienne, Al Capone se devait d'avoir un Borsalino digne de ce nom.


Le costume : Pour le premier dessin de Melvin, j'avais en tête l'habit de Dignam dans "les infiltrés". Je venais de revoir le film et c'est un personnage que j'aime beaucoup. Antipathique et vulgaire à souhait !

2006_the_departed_005

Sois dit en passant, l'acteur (Mark Wahlberg) est un américain d'origine irlandaise, né à Boston, mais on s'en fou aussi. ^^

Cependant, mon histoire se déroulant dans les années 30, il faut un costume qui correspond plus avec cette période. D'un autre côté, je peux mélanger les deux, toujours en prenant pour prétexte la mode du Pays-Brun ! Bon, pour le moment je fais des recherches sur la mode masculine du début du 20ème siècle, histoire de ne pas trop dessiner n'importe quoi et de pouvoir lui choisir une tenue.

Les chaussures : Pareil que pour le chapeau. J'en ai trouvé des bicolores mais à lacets, mais pas avec des boutons comme on en trouve en revanche sur les bottines des femmes. J'y reviendrais plus tard car ce n'est pas le plus important pour le moment.

1237908329pijhjdfgythebfhr_copie

Ce genre là, en inversant les couleurs et en mettant des boutons à la places des lacets.


L'arme : Une Thompson M1921 bien entendu, l'arme des gangsters par excellence. Malgré tout je pense que Melvin doit avoir une arme blanche plus discrète caché sur lui. Sur la 1ère image il a aussi deux pistolets mais je ne connais pas le type de pistolets qui étaient utilisés à l'époque, il faut que je regarde ça.

400px_M1921Thompson_copie

Thompson M1921


Nom et prénom

Je ne me rappelle plus exactement combien de temps mon personnage est resté sans prénom, je sais juste que je l'ai trouvé en regardant "Public ennemies". Si vous ne l'avez pas vu, l'histoire se déroule en partie à Chicago durant les années 30 et raconte l'histoire vraie d'un gangster et pilleur de banque nommé John Dillinger. Il était l'ennemi public n°1 et l'homme chargé de l'arrêter était Melvin Purvis. J'ai trouvé ce prénom sympa et je l'ai gardé.

19069628

Melvin Purvis dans le film, joué par Christian Bale. Acteur gallois, c'est bien aussi ! ^^

Quand au nom de famille, c'est un pur hasard. Il a quelques temps je me suis faite une liste de noms de familles irlandais, bretons et autres... (J'ai fais la même chose avec les prénoms masculins et féminins). Bref il se trouve que Riley était dans la liste et je trouvais que ça sonnait bien avec Melvin. C'est pas plus compliqué que ça.

Alors je ne vous dis pas quelle a été ma stupéfaction quand il y a quelques jours j'ai découvert, en tapant sur google pour m'amuser, que Melvin Riley existait vraiment !

melvin_riley

Melvin : C'est un prénom gaélique, mais son origine exacte et sa signification restent obscure. Il semblerait que le prénom serais le dérivé masculin de Malvina. Ce dernier est composé de maol-mhin, "aux sourcils lisses". Mais j'ai aussi lu que Melvin serais formé avec la racine mael signifiant le Chef. Peu fréquents, le prénom Melvin a connu un pic de popularité aux États-Unis en 1940 et depuis 2007 il est en constante augmentation.

Riley : Le toponyme est formé des racines rye (= seigle) et leah (clairière, sans doute ici champ). C'est la version anglicisé de l'irlandais O'Reilly. Nom de famille très courant dans le comté de Cavan. C'est le onzième nom irlandais le plus porté. Sa variante, Riley, est très courante aux États-Unis. 

L'histoire de Melvin

Dans les grandes lignes et sans en dire plus que vous n'avez besoin de savoir...

Né en Irlande dans le comté de Galway, Melvin est encore tout jeune quand lui et sa famille partent habiter à Cork dans le but de trouver un travail afin acheter un ticket pour l'Amérique. C'est durant cette période que le père disparait sans laisser de traces. Seule avec ses enfants, la mère reste malgré tout déterminée à quitter l'Irlande. Quelques temps après la famille finit par pouvoir embarquer sur un bateau en partance pour Boston. Hélas, l'un des frères de Melvin se révèle être malade lors du contrôle sanitaire avant l'embarcation et il est contraint de rester sur place. Arrivée à Boston, la petite famille, ou du moins ce qu'il en reste, tente de survivre dans les quartiers pauvres. C'est là que le jeune Melvin fait des rencontres de gens peu fréquentables et se laisse peu à peu entrainer dans un cercle vicieux. Bien loin de mesurer les conséquences de ses actes, il trouve cela "très amusant". Le jeu finit toutefois par être moins drôle lorsque Melvin est le témoin involontaire d'une discussion qu'il n'aurais pas dû entendre. Les événements prennent une tournure dramatique et il est contraint de retourner en Irlande. De retour à Cork, il entreprend de rechercher son frère qu'ils avaient dû abandonner quelques années plus tôt. Mais celui-ci reste introuvable. L'errance solitaire de Melvin le mène finalement à son village natal où il fait une nouvelle rencontre qui va changer sa vie. Quelques jours plus tard, il immigre au Pays-Brun.

Au Pays-Brun Melvin vit enfin la vie dont il a toujours rêvé. Il a grandit, il a une famille, une maison et il est devenue éleveur de chevaux. Mais même ici, ses erreurs de jeunesse finissent par le rattraper. A nouveau contraint de tout abandonner, il s'engage dans un programme de formation afin devenir "informateur" pour le compte de la Région Celte. On le confie à un informateur expérimenté qui sera chargé de le former sur le terrain. Le voici donc partit avec Howel O'Sullivan, au grand dame de ce dernier qui préfère travailler seul. Les deux hommes quittent le Pays-Brun pour effectuer leur mission. Howel ne comprend pas pourquoi son compagnon tient tant à se rendre à Boston et il commence sérieusement à l'agacer... De son côté Melvin savoure sa victoire, sous couvert d'être un informateur, il est enfin parvenu à revenir au Pays-Bleu. Tout serais presque parfait, sans compter son collègue... En effet ce dernier semble ne pas savoir rire !

" Au fait Howel, tu connais l'histoire de paf le mec...?"

 

Posté par Tiphaine H à 01:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juillet 2010

I'm shipping up to Boston

Aujourd'hui j'ai cédé à un petit caprice

Boston

Allez je vous l'a fait à la Valérie Damidot. Vous avez pas remarqué que dans les magasins de déco on trouve tout pleins de choses avec New-York, Paris, Londres, mais rien sur Boston, c'est bien dommage. Heureusement (hélas pour mon porte-monnaie) j'ai trouvée un magasin qui vend pleins de lettres et une fois peintes ça sera parfait.

J'ai découvert Boston en regardant "les infiltrés" (le film de Scorsese sur la pègre irlandaise à South Boston). On va finir par le savoir, me direz-vous...

The_Departed_Mark_Wahlberg_AAGDE456
Flics, mafiosis, dans ce film tout le monde est irlandais.
Ici le sergent Dignam, qui m'a en partie inspiré le personnage de Melvin Riley.


Alors voilà, vous avez deviné, je vais parler des irlandais de Boston, du moins le peu que je connais pour le moment. Je ne suis qu'au début de mes recherches sur le sujet.


BookCover
Un livre qui doit être intéressant


BOSTON

Capitale du Massachusetts au Nord-Est des États-Unis d'Amérique. C'est une ville à taille humaine et à l'architecture très variée. Connue pour son excellence culturelle mise en œuvre par ses universités, ses bibliothèques, et ses festivals, c'est aussi là que se déroula la fameuse "Boston Tea Party", l'un des plus célèbres épisodes de la révolution américaine.

Fondée en 1630 par les puritains anglais, elle est encore aujourd'hui une ville assez traditionaliste.
Enfin, elle ne ressemble pas aux autres métropoles américaines : son centre a gardé de nombreux édifices de l’époque coloniale, ses rues ne sont pas rectilignes et la cité réserve de nombreux axes aux piétons ou aux vélos.

OLD BOSTON

474px_Old_South_Meetinghouse_BW

3489172291_74942da91d

bookstore

v08


AND BOSTON TODAY

Boston__2_

USS_Constitution_1997

Le bateau de Boston :
L'USS Constitution est une frégate mise en service à Boston en 1794. C'est l'un des plus anciens navires au monde encore en service régulier.

boston1

 

Trinity_Church_Boston_Massachusetts
Trinity Church

USA_09562_Boston_Luca_Galuzzi_2007

Bates_Hall_Boston

La bibliothèque

054
Bell in hand le plus vieux pub de Boston


L'arrivée des Irlandais

La ville de Boston est avec Québec et New-York, l'une des villes ayant le plus "accueillie" (au grand dam des puritains protestants) les migrants catholiques irlandais qui fuyaient la grande famine.

347575484_e2ea764dcc
Le mémorial à Boston, dédié aux irlandais victime de la famine

En effet quand vous étiez un migrant irlandais qui avait décidé de se rendre aux États-Unis, trois grands choix (pour faire simple) s'offraient à vous : La ville de Québec au Canada, Boston ou New-York. Beaucoup s'arrêtaient à Québec par manque d'argent, le billet pour New-York étant celui qui coûtait le plus cher. Boston se trouvait entre les deux et durant l'année 1847, pas moins de 37 000 irlandais y débarquèrent.

thp_clam_dig
Pêcheurs irlandais à Boston en 1882

Les irlandais se regroupent dans les quartiers pauvres de South Boston (appelé "Southie" par ses habitants) et North End, ce dernier est le tout premier quartier de Boston, il est à l'origine de la ville. La vie étaient très dure, ils avaient quitté la misère pour en retrouver une autre... Ceci aussi est un vaste sujet sur lequel je consacrerais sûrement une note de blog en partant du film "Gangs of New-York".

En 1900, on estime que près de la moitié des Bostoniens sont d’origine irlandaise !

539w
The Southie Quarter

50570843

Une maison à North End

Boston_North_End_early_small

North End

BostonMolassesDisaster

Quartier de North End le 15 janvier 1919. Une citerne pleine de mélasse crève causant un raz-de-marée de mélasse. Bilan : 21 personnes tuées et 150 blessés. Aujourd'hui cette histoire fait partie du folklore, les résidents de North End prétendent que lorsqu'il fait trop chaud, on peut encore sentir la mélasse.

northend

North End today


Avant de continuer avec les irlandais de Boston, un petit mot sur Beacon Hill, l'un des plus beaux quartiers de la ville, avec ses cottages de styles géorgiens et victoriens en briques rouges.

BeaconHill

Ici, les lampadaires fonctionnent encore au gaz. Inutile de vous dire que c'est un quartier bourgeois très prisé.
Beacon Hill fut l'un des principaux centre de l'abolitionnisme et abrite aujourd'hui la plus ancienne église noire des États-Unis.

Mais revenons aux irlandais...

stpatricks_1

Pour vous donner un exemple d'irlandais célèbres citons les Kennedy et les Fitzgerald qui venaient respectivement du comté de Wexford dans le Leinster et du comté de Limerick dans le Munster. Ces deux familles émigrées à Boston, fondèrent en 1914 le "clan Kennedy" où est né le 35ème président des États-Unis.

La communauté irlandaise à Boston de nos jours

Aujourd'hui on estime que plus du tiers de la population de Boston aurait des origines irlandaises et la plupart le revendiquent fièrement. La communauté irlandaise se concentre encore principalement dans le quartier de South Boston. North End est quant à lui devenu le "Little Italy". Après la migration irlandaise, il y eu une forte vague de migrants italiens et ceux-ci posèrent leurs bagages dans ce quartier, repoussant les irlandais dans South Boston.

Boston est la ville la plus irlandaise (et européenne) des États-Unis et elle conserve aujourd'hui encore une certaine identité celtique, parmi tant d'autres qui font le melting-pot américain. Il y a de nombreuses associations irlandaises dans la ville et les celtes se retrouvent aussi dans le sport avec par exemple le groupe de basket ball les "Boston Celtics" qui fait la fierté de la ville. L'équipe a gagné le titre de champion NBA en 2008 et elle est considérée comme l'une des meilleures des États-Unis.

J'en reviens pas de parler de basket ici !

Boston_Celtics_logo

Chaque année on célèbre bien sûr la fête de la St Patrick le 17 mars, avec la traditionnelle parade dans le quartier de South Boston. Le tout premier défilé de la St Patrick au monde, a d'ailleurs vu le jour à Boston en 1737 ! Il avait été organisé par des travailleurs immigrés irlandais qui manifestaient pour dénoncer leurs faibles revenus et le manque de travail (on ne voulait pas embaucher des irlandais).
En comparaison, la première parade de la St Patrick en Irlande, se déroula en 1931 à Dublin.

stpatricks_3
St Patrick Day Parade in Southie

Et comme tout se rejoint, Boston apparait aussi dans tous les polars de Dennis Lehane (Shutter Island).


Boston_Irish


Pour finir, je vous parlerais de la chanson "I'm shipping up to Boston", que l'on peut entendre dans "les infiltrés" et qui m'a fait découvrir les Dropkick Murphys. Le groupe de punk celtique fondé à South Boston, que j'ai déjà cité sur le blog.

Dropkick_Murphys_01_copie

Les Dropkick Murphys ont créés la musique sur les paroles déjà existantes qui avaient été écrites par Woody Guthrie, chanteur folk américain d'origine irlandaise.

Il est question d'un marin qui navigue vers Boston, mais qui a perdu sa jambe de bois. Alors il l'a cherche, parce qu'avec une seule jambe ce n'est pas facile de grimper dans les haubans.

Elle a grandement contribué à leurs succès, elle est utilisée pour les matches des Boston Celtics et c'est l'hymne officiel des Red Sox de Boston, une équipe de Baseball. sans compter qu'elle est aussi reprise par les ligues de Hockey de Boston. Puis, Forrest Griffin, ex-champion de combat libre (UFC), l'utilise quant à lui en thème d'entrée. Enfin, elle apparait aussi dans un épisode des Simpson intitulés "Debarted", un clin d'œil au film de Scorsese qui se dit "The Departed" en anglais.

Chaque année durant la fête de la St Patrick, les Dropkick Murphys se produisent à Boston et jouent pendant 7 jours d'affilés. 'I'm shipping up to Boston" est la plus demandée.

Voilà tout cet article découle de cette chanson donc musique !

Je suis obligée de mettre une vidéo, le lien deezer ne mets plus les musiques des Dropkick Murphys en entier.

12 juillet 2010

Shutter Island

Attention, tenez-vous bien, voici mon dernier coup de cœur cinématographique en date. Mais avec du retard comme d'habitude...

Vous aimez les thrillers, les îles inhospita­lières, les enquêtes louches,...les phares ?

Alors, avez-vous vu Shutter Island ?

shutter_island_trailer1_image17_grand_format

J'avais repéré la bande-annonce un long moment avant sa sortie (24 février 2010) et j'étais sûre qu'il me plairait. Mais faute de temps et d'argent je n'avais pas pu aller au cinéma, à mon grand regret. Cependant j'ai enfin trouvé le moyen de le voir et je ne m'étais pas trompé, j'ai adoré !

 

Petit topo :

Shutter Island est au départ un thriller psychologique écrit par Dennis Lehane et qui est vite devenue un best-seller. Martin Scorsese l'adapte avec succès au cinéma et marque en même temps sa quatrième collaboration avec Leonardo Dicaprio (Aviator, Gangs New-York, Les infiltrés...que du bon !), cette fois encore c'est une réussite. Comme toujours Dicaprio joue remarquablement bien son personnage.

shutter_island

L'histoire :

En 1954 au large de Boston...sur un îlot rocheux est bâtit un ancien fort de la guerre de Sécession reconvertit en hôpital psychiatrique où sont internés les plus dangereux criminels. Le bâtiment A est réservé aux hommes, le bâtiment B aux femmes. Quant au bâtiment C, c'est une autre affaire... Bienvenue à Shutter Island !

Les marshals Teddy Daniels et Chuck Aule sont appelés pour enquêter sur la disparition de l'une des patientes, la dénommée Rachel Solando... Une jeune femme internée à Shutter Island pour avoir noyé ses trois enfants dans un lac...et les croire malgré tout, encore vivants !

Rachel Solando semble s'être évaporée à travers les murs de sa chambre et seul un papier retrouvé caché sous une dalle, apporte un semblant d'indice. Mais très vite les deux hommes se heurtent au personnel de l'hôpital qui ne semble pas vouloir collaborer, de plus, plusieurs choses ne tiennent pas la route et Teddy (Dicaprio) devient méfiant envers le docteur Cawley. Estimant en avoir assez vu il décide de rentrer à Boston avec son coéquipier pour faire son rapport quand une violente tempête éclate. Le ferry, seul moyen de rallier le continent, reste à quai. Teddy et Chuck se retrouvent bloqués sur l'îlot.

shutter_island09_6_11

Le film nous plonge dans une ambiance pesante des années 50,  quand les souvenirs de la seconde guerre mondiale étaient encore très présent et que le monde de la psychiatrie pratiquait la lobotomie... Rapidement le malaise nous envahit, on se pose des questions, quand on pense avoir trouvé une réponse, un nouveau fait vient contredire notre théorie, alors on se perds, on devient paranoïaque ! Finalement on finit presque par devenir fou comme les patients de l'hôpital et le doute nous prends, pourrons-nous quitter l'île un jour ?

Shutter_island_movie_stills_19

 

"Où se trouve la frontière entre raison et folie ? Comment distinguer les fantasmes de la réalité ?"

 

ShutterIsland_2008_012

Au final je peux vous assurer qu'on ne s'attend pas du tout à la fin, et rien que pour cette chute surprenante ce film vaut le coup d'être vu !

 

En fait, je dirais même que c'est un film qui se regarde deux fois. Au second visionnage on ne s'ennuie pas une seconde car on voit les choses sous un autre angle et on remarque tous les petits détails insignifiants qui auraient pu nous mettre sur la piste. Je suis d'ailleurs du genre à regarder un film en boucle pour voir et analyser les détails qui m'auraient échappés, mais je sais qu'a l'inverse certaines personnes ne supportent pas de voir un même film deux fois.

Voilà, si vous ne l'avez pas encore vu vous savez ce qu'il vous reste à faire. A regarder de préférence la nuit, mais cela va de soit !

shutter_island_leonardo_dicaprio

Avis aux amateurs de bd, Shutter Island a aussi été adapté en bd par Christian De Metter. La couverture avait retenue mon attention pendant le festival d'Angoulême, alors maintenant que j'ai vu le film je compte bien me l'a procurer au plus vite, tout comme le livre d'ailleurs.

bd_bdtresor_shutter_island

Je ne sais pas vous, mais j'accroche bien avec le style graphique.

SHUTTERIS_Ip017p032_FR_003H

"Si la bande-annonce promet le grand frisson, c'est surtout parce qu'il brise le cœur que Shutter Island hante le spectateur longtemps après le visionnage."

Histoire de m'y prendre à l'avance pour une fois, le prochain coup de cœur risque d'être celui-ci. Ouais, je pense que ça va être sympa à voir !

 

Posté par Tiphaine H à 00:20 - Les films - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 juillet 2010

Newsboys Titanic and the arrival

Un petit vendeur de journaux dessiné pour Fabien.

Newsboys_Titanic

La photo

newsboy

Et la version de Shaun Tan, l'auteur de "là où vont nos pères" de son vrai titre "The arrival".

DSC_0999

Ce qui me permet d'enchainer sur ma bd fétiche :

Là où vont nos pères

DSC_1739

D'ailleurs je ne l'a mets même pas dans l'étagère mais je lui réserve la place d'honneur sur la table de nuit que toutes les autres bd lui envie !

Figurez vous que j'ai découvert cette bd tout à fait par hasard il y a un an, dans mon sujet de bac de français ! Le thème était l'immigration et parmi les documents dont nous disposions il y avait une planche de la bd, celle-ci :

planche

Un paquebot, un immigrant, en noir et blanc ! Il ne m'en fallait pas plus, et pour un peu j'en aurais oublié que je passais le bac !

Après l'épreuve je suis allée à la librairie la plus proche, je l'ai trouvée et achetée sans la feuilleter.

the_arrival3

C'est seulement après que j'ai appris qu'elle avait remporté le "fauve d'or", c'est à dire le prix du meilleur album, au festival d'Angoulême 2008.

C'est une bande dessinée muette où le dessin se suffit à lui-même.

tan_shaun_the_arrival

C'est l'histoire d'un homme qui fait sa valise, il quitte les siens avec l'espoir de trouver une vie meilleur au bout du voyage.
Au fil des pages nous suivons cet inconnu et découvrons avec lui un monde nouveau où tout lui est étrangé. Dans son aventure il rencontrera d'autres exilés qui comme lui ont fuis quelque chose.

Shau Tan réalise signe ici un chef-d'œuvre en hommage à ses parents, eux-mêmes exilés, et à tous ceux qui ont fait "le voyage".

G_5993_02

03_arrival_p5

L'auteur a glissé plusieurs clin d'œil à travers les pages, ainsi comme vous avez pu le voir plus haut, le petit vendeur de journaux du Titanic. Inutile de vous décrire ma joie quand je l'ai découvert... ^^

Mais il y en a bien d'autres, alors j'ai fais mes petites recherches et voici ce que j'ai trouvée : par exemple cette page ci-dessous, fait référence à Ellis island à New-York, et reprend le passage à l'inspection par lequel tous les immigrants devaient passer.

ou_vont_nos_peres1_original

Inspection room à Ellis Island

PT_AL826_BK_Cov_G_20090610162430

Où encore, cette page qui présente l'arrivée dans le nouveau monde avec une autre version de la statue de la liberté...

r219480_860646

...et qui peut faire penser à cette gravure.

Statue_of_liberty_and_ship3c13735ufixedw

Toujours dans la bd, cette image...

DSC_1756

...rappelle celle-ci, les immigrants débarquent à Ellis Island.

italians_1911
Ou elle

Immigrants_queuing_at_Ell_001

Puis celle-là qui occupe une page entière...

DSC_1751

...Qui en rappelle de nombreuses autres. En fait il me semble que j'avais un jour trouvé la photo exacte dont s'est inspiré Shaun Tan pour ce dessin, mais impossible de le retrouver...

1545_Immigrants_waiting_to_land_in_New_York

italian_immigrants

Regardez ces trois femmes au milieu... On les retrouves aussi dans la bd !

DSC_1754

Un petit dernier, les immigrants immortalisés à leurs arrivées à Ellis Island.

pt25305

Et la version de Shaun Tan.

DSC_1748

Voilà, je vous conseille donc grandement cette bd !

Quand à moi je remercie celui qui a fait les sujets des bacs pro 2009 ! ^^

Site Ellis Island

Site Shaun Tan

Posté par Tiphaine H à 17:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 juin 2010

Patronymes gaéliques

Je suis enfin en vacances, pour de vrai, ça fais deux mois que je passe des examens alors c'est pas dommage. Oui, quand j'y pense, mes cours se sont terminés fin avril en fait, et sans les rattrapages j'aurais été en vacances fin mai...Bref, je me remets sérieusement au dessin. Mais en attendant j'avais envie de parler de patronymes gaéliques, pas vous ?

Tout commence avec mon personnage Howel, c'est décidé, son nom de famille sera O'Sullivan.

Allez savoir pourquoi, j'adore ce nom !  J'aime beaucoup la sonorité "an" que l'on retrouve dans beaucoup de nom de famille irlandais : Costigan, Milligan, Callaghan, Donovan, Flanigan, Quinlivan... La liste est longue.

Il y a aussi la répétition du "O" dans la prononciation d'Howel O'Sullivan, qui me plait bien.

Et ce qui est drôle, c'est que Howel signifie "le clairvoyant" et Sullivan veut dire "regard perçant" ou "oeil de faucon"...

18612410

Le vent se lève

Howel : Je l'ai trouvée en parcourant la liste des rois irlandais (qui soit dit en passant est un sacré bazar, entres les vrais rois et les rois légendaires, difficile de s'y retrouver !), donc ce Howel est un roi imaginaire qui serais le neveu d'Arthur Pendragon et aurait pris part à la bataille de Colgrin. En fait, on trouve son nom orthographié différemment selon la version. Ainsi, parfois vous trouverez Hoël en breton, Hywel en gallois... C'est dans le conte gallois de "Culhwch ac Olwen" qu'il apparait sous le nom d'Howel.

Sullivan : En irlandais on l'écrit "Súilleabháin", des termes "súil" = œil, et "abháin" = sombre. L'œil sombre, le regard perçant. C'est un patronyme irlandais courant, qui est notamment porté par de nombreux américains. Il y a aussi beaucoup de villes des États-Unis qui portent le nom de Sullivan, ainsi que six comtés (Sullivan Country), dans l'Indiana, dans le Missouri, etc.

Suite à quoi, j'ai essayé d'en savoir un peu plus...

Les patronymes les plus courants


- Ó Murchú : Murphy en anglais, serais le plus répandu. Il signifie "petit fils du chien de la mer", ce qui n'a rien de péjoratif car on entends par là, "guerrier de la mer".

- Ó Ceallaigh : O'kelly en anglais, lui aussi très courant. Il signifie "petits-enfants de la bagarre".

- Ó Súilleabháin : O'Sullivan en anglais, se situe à la 3ème place des plus portés. Il signifie "petits-enfants des yeux noirs".

- Breathnach : Nom gallois qui témoigne de la présence galloise en Irlande, arrivés avec les normands au XIIIe, se dit Walsh en anglais.

- Mac Gabhann : Mc Gowan ou Smith en anglais, signifie "fils du forgeron".

Pour les garçons

O = Petit fils de...
Mac = Fils de...

Dans les patronymes irlandais il y a autant de O que de Mac, bien que l'on retrouve ce dernier surtout en Écosse. Mais qu'est-ce que l'Écosse à l'origine ? Écosse = Scotland = Le pays des Irlandais.
Les écossais utilisent rarement le O, car contrairement aux irlandais, ils ne font pas référence aux grands-pères dans leurs patronymes, quant au Mc que l'on trouve souvent, c'est simplement une abréviation de Mac.

A l'origine il y avait toujours un O ou un Mac devant le patronyme des irlandais, mais de nos jours vous pouvez trouver un Sullivan sans son O, ou un Donald sans Mac... Cela s'explique par l'occupation anglaise qui a duré des siècles. Il fut un temps où il ne faisait pas bon porter un nom irlandais, alors on enlevait le O ou le Mac et on l'écrivait à l'anglaise. D'énormes efforts furent ainsi employés pour anéantir la société gaélique et cela passait d'abord par le nom de famille. Avec le départ des Anglais du sud du pays en 1921, il a eu un certain retour aux orthographes d’origine mais la plupart des Irlandais continuent avec ce qui est maintenant un système de double nom. ce système est permis depuis l’indépendance, tout Irlandais de la République ayant droit à deux noms, l’un en gaélique, l’autre en anglais.



Pour les filles


Aujourd'hui il peut arriver qu'une femme porte le nom de O'Sullivan, ou de MacDonald, pourtant, strictement parlant une fille ne peut être ni l'un, ni l'autre. Ceci est encore un vestige de l'époque de la domination anglaise. Cependant, les gens qui ont pu garder leur nom en gaélique ou qui l’ont remis en gaélique, font bien la différence. Ils disent Nic pour "fille" et pour "petite-fille". Exemple : Eithne Nic Lochlainn = Eithne, fille du Viking.

Mais ce n'est pas fini !  Après son mariage si la femme veut prendre le nom de son mari, la logique veut qu’elle respecte le sens des mots, elle ne peut pas prendre directement le nom de son mari car elle n’est ni fils ni fille de son beau-père. En revanche, elle est bien la femme, bean, de son mari. Exemple : Nóirín Bean Mhic Lochlainn = Nóirín, femme du fils du Viking.




Quelques traductions

Pour le plaisir...


Dans l'ordre, version gaélique, version anglaise, signification et des commentaires inutiles.


Ó Briain = O'Brien, Brian : De la famille du roi Brian Boru (la classe !)

Ó Ceallaigh = O'Kelly, Kelly : La lutte

Ó Cinnéide = Kennedy : Tête laide (Plutôt péjoratif pour un président américain)

Ó Conchúir = O'Connor : L'ami des chien (cuchulain le chien du forgeron)

Ó Dubhghaill = Doyle : L'étranger noir (Arthur Conan Doyle)

Ó Mordha = Moore, O'More : Majestueux

Ó Néill = O'Neill, Niall : Niall aux Neuf Otages de la légende

Ó Riain = O'Ryan, Ryan : Petit roi

Ó Súilleabháin = O'Sullivan : Des yeux noirs

Mac Aonghusa = Mac Guinness, Guinness : Aongus, dieu de l’amour (et de la bière !)

Mac Dónaill = Mac Donald : Puissance mondiale (ça alors, c'est bien trouvé !)

Mac Lochlainn = Mc Loughlin : Viking




Du geux au roi

Il n'existe pas de particule dans les patronymes gaéliques pour distinguer le pauvre du riche. Les gens peuvent s'appeler Mac ou O, qu'ils soient rois ou simple gueux. Ainsi, les familles normandes qui débarquèrent en Irlande, profitèrent que les irlandais ne connaissaient pas les particules pour rajouter des "de" à leurs noms. Ce qui leurs permettaient de s'approprier un peu de noblesse. Ni vu, ni connu, hop, un "le brun" devenait un "de brun"... Ah, c'est sûr, ça fais tout de suite plus classe...
De ce fait, les irlandais en ont déduit que tous les normands étaient des nobles (naïfs) !

Place au vrais pros, j'ai tout appris ici : Chronique gaélique !

Voilà, il y a beaucoup à dire et à étudier sur les patronymes, qu'ils soient gaéliques ou autres. Je ne sais pas vous, mais je trouve ça intéressant. Avec son nom de famille on découvre un peu de son histoire, d'ailleurs j'ai découvert (ou plutôt mon père qui a fait des recherches de longs mois durant) ce que signifiait le mien il y a quelques temps. J'en parlerais un jour peut-être.



Posté par Tiphaine H à 00:25 - Irlande - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,